Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

                          

Selon les estimations de l'OMS et de l'ONUSIDA, la séroprévalence de l'infection àVIH chez l'adulte en Algérie serait de 0,1 % (entre 19000 et 25000 cas).

Le premier cas deSIDA notifié en Algérie a été diagnostiqué en décembre 1985; depuis cette date, le nombre des cas a augmenté régulièrement pour atteindre un nombre cumulé de 817  cas de SIDA et de 2707 notifiés au 30 septembre 2007.
Définitions

SIDA : Syndrome de l'Immuno-Déficience Acquise
VIH : Virus de l'Immuno-Déficience Humaine
*Syndrome : Ensemble de signes.
* Immuno-Déficience : Qui détruit les agents de protections de l'organisme et empêche ce dernier de résister aux infections.
* Acquise : Qui n'est pas héréditaire, qu'on attrape au cours de la vie.

Où se trouve le virus du SIDA ?

Dans tous les liquides biologique de l'être humain et en particulier : Le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le lait maternel.

Conditions de transmission
- Le virus du SIDA (VIH) est fragile
Il survit très mal et très peu longtemps en dehors de l’organisme. Ce virus est notamment très sensible à la chaleur puisqu’il ne survit par à 60°C. C’est pourquoi pour infecter l’organisme, le virus doit pénétrer à l’intérieur de celui-ci et rentrer en contact avec du sang exposé.

- Tout se passe comme si la transmission nécessitait une quantité minimum de virus ou un « seuil » pour provoquer une infection.
Au dessous de ce seuil, l’organisme arrive à se débarrasser du virus et l’empêcher de s’installer.

- Le virus a été retrouvé principalement dans le sang le sperme et les sécrétions vaginales des personnes infectées. Ces liquides sont les principaux véhicules de transmission du virus.
Les modes de transmission
- Le mode de transmission majeur

Les relations sexuelles avec pénétration anale ou vaginale, qu’elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, peuvent transmettre le VIH (virus du SIDA).

La fragilité naturelle des muqueuses génitales fait qu’elles sont souvent le siège de microlésions et de micro inflammations.

La contamination se ferait plus facilement par les lésions microscopiques qui ont lieu au cours de la pénétration.
Ceci permet le contact du virus présent dans le sperme ou dans les secrétions vaginales avec le courant sanguin ou lymphocytes du receveur. Toutes les pratiques sexuelles qui favorisent les lésions et les irritations entraînent une augmentation du risque de transmission. Cependant la transmission peut se faire même si les muqueuses sont intactés. Toute infection génitale en particulier ulcérative chez l’un des partenaires augmente énormément les risques de transmission (herpès, ulcération génitale, gonococcie, syphilis, chlamydia, mycoplasme). Les lésions au niveau du prépuce (balanite) facilitent l’infection chez l’homme. Les relations anales seraient les plus infectantes car elles sont les plus traumatisantes.Le risque d’infection augmente naturellement avec le nombre de relations sexuelles mais une seule suffit et ce peut être la première.

Il existe des données qui montrent que le risque de transmission de l’homme a la femme est plus important que dans le sens femme – homme. Chez la femme le période des règles est la plus infectante du au fait du saignement.

Les contacts oraux-génitaux (entre bouche et sexe : fellation et cunnilingus) peuvent théoriquement transmettre le VIH s’il existe des lésions dans la bouche ou sur le sexe.

Le baiser peut il transmettre le virus ?
Non. Il n’y a pas de transmission par les baisers même profonds. Toutefois la transmission par cette voie est théoriquement possible si du sang contaminé entre en contact avec une lésion dans la bouche du receveur.

La masturbation entre partenaires peut-elle transmettre le virus ?

Non. Cependant, il faut éviter le contact des secrétions génitales avec une palie ouverte éventuelle.

- La transmission par le sang

 

Transfusions et injections de produits sanguins.
Cette éventualité de transmission devient exceptionnelle aujourd’hui en raison du contrôle obligatoire de tous les échantillons de sang depuis 1990.

Seringues et instruments souillés
Les seringues et aiguilles contaminées peuvent, si elles sont partagées, transmettre le virus. Ceci concerne les utilisateurs de substances injectables qui se piquent avec la même aiguille ou seringue.

Les aiguilles d’acupuncture et de tatouage, les lames de rasoir, etc., peuvent elles transmettre le virus du SIDA ?
Aucun cas n’a jamais été rapporté. Cependant un risque théorique existe.
- Les instruments servant à percer la peau (aiguilles d’acupuncture, de tatouage, de perçage d’oreilles) doivent être désinfectées a chaque utilisation comme tout instrument médical.
- Le instruments de soins corporels (ciseaux de coiffeur, pinces, etc.) : ils doivent être nettoyés a chaque utilisation avec une solution désinfectante.

- Transmission de la mère a l’enfant
    

Cette transmission peut se faire pendant la grossesse à travers le placenta ou bien au cours de l’accouchement.
Une femme séropositive a 20 à 30ù d’avoir un bébé infecté.
On sait aujourd'hui qu’un traitement de la mère et de l’enfant par un antiviral réduit ce risque d’environ 5%.
Après la naissance, l’allaitement est une source potentielle de contamination.

Existe-t-il d’autres modes de transmission ?

La salive, les larmes et autres liquides transmettent-ils le virus ?

Malgré la présence du virus dans les larmes et la salive, il n’y a aucune transmission documentée par ces vésicules.

Le baiser sur la joue ne comporte aucun danger.

Le baiser profond pourrait être dangereux dans une situation bien précise : si le partenaire receveur d’une salive teintée de sang avait des lésions de la muqueuse buccale qui constituerait une porte d’entrée pour le virus.

Signalons enfin l’impossibilité de contamination salivaire par l’intermédiaire d’ustensiles souillés (cuillères, fourchettes, verres) ou par l’absorption d’eau de piscine ou de baignoires. De nombreuses études dans les familles ou vit une personne séropositive n’ont révélé aucune transmission par les contacts de tous les jours.

- Les moustiques transmettent-ils le virus ?
Il n’y a aucune preuve de la transmission du virus du SIDA par des moustiques ou par tout insecte piquer.

- Les animaux domestiques transmettent-ils le virus ?
La réponse est non. Les animaux domestiques, tels que chiens, chats, oiseaux, etc.,ne sont pas des porteurs du virus du SIDA et donc ne peuvent pas le transmettre.

Le Virus du SIDA ne se transmet pas ...
- Par la poignée de main et l'embrassements.
- Par la toux et les éternuements.
- Par les aliments et les ustensiles de cuisine.
- Lors des visites aux personnes atteintes.
- Par les piqûres d'insectes.
- Par l'usage collectif des toilettes des douches, des hammams et de la piscine.

La prévention
Le virus du sida se transmet principalement par la voie sexuelle et la voie sanguine.    


- La prévention de la transmission sexuelle
Le virus est présent en forte concentration dans le sperme, les secrétions vaginales et le sang.

Les relations sexuelles, homosexuelles ou hétérosexuelles, avec pénétration anale ou vaginale comportent un risque élevé de transmission du virus VIH. Les relations sexuelles avec pénétration anale seraient plus a risque.
La présence de certaines autres IST qui créent des lésions génitales peut favoriser la transmission du virus.
Le contact de la bouche avec le liquide pré-éjaculatoire, le sperme ou les secrétions vaginales comporte un risque de transmission si il y a une lésion dans la bouche.
- La transmission par le partage d’aiguilles et de seringues souillés

 

La transmission du virus du SIDA parles piqûres de drogue (seringues, aiguilles..) est une raison supplémentaire pour éviter de s’injecter des drogues ou pour cesser de se droguer.
Si vous choisissez de continuer à vous injecter des drogues ou si vous utilisez d’autres produits injectables :
- ne partagez jamais les seringues et les aiguilles ;
- utilisez à chaque fois une seringue et une aiguille jetable neuve ou une seringue et une aiguille que l’on peut désinfecter à l’aide d’une des trois méthodes suivantes :

1) rincer et immerger la seringue ou l’aiguille pendant 10 à 15mn dans de l’alcool ou dans de l’eau de javel diluée, la rincer à nouveau.

2) Faire bouillir dans l’eau de 10 à 15mn.

3) Introduire de l’eau de javel dans la seringue e t l’aiguille. Ce procédé doit être effectué deux fois de suite et doit être suivi de deux rinçages à l’eau fraîche. N’acceptez pas de traitement d’acupuncture, de tatouage ou d’autres procédés si les aiguilles ne sont pas stérilisées.

Les instruments de toilette tranchants doivent être désinfectés à la chaleur ou avec un antiseptique avant de servir à une autre personne. Les coiffeurs et les manucures sont tenus de respecter ces mesures élémentaires.
Ne partagez pas de seringues
On peut éviter le virus du SIDA.

La transmission sexuelle et le partage de seringues sont les deux sources les plus importantes de transmission.
Dans ces domaines, on peut agir pour se protéger.

- Transmission de la mère infectée à son fœtus

Toute femme qui croit avoir été infectée devrait consulter u médecin avant de concevoir un enfant ou aussitôt que possible si la grossesse est déjà commencée. Le risque de transmission de la mère infectée à son enfant se situe entre 20 et 30% selon les pays.
On sait aujourd’hui qu’un traitement de la mère et de l’enfant par antiviral (AZT) réduit ce risque environ de 5%...

Règles d'éthique à respecter
Le dépistage du virus du SIDA
- Doit être volontaire et gratuit,
- Doit respecter l'anonymat,
- Les résultats ne doivent être communiqués qu'à l'intéressé (confidentialité).

Droits des personnes vivent avec le VIH/SIDA :
- A Ne doivent pas subir de discrimination au sein de leur famille, dons leur entourage et sur les lieux de travail.
- Ont droit aux soins et à la prise en charge (médico-psycho-sociale).

Devoirs des personnes vivent avec le VIH/SIDA :
- Ne doivent pas contribuer à infecter autrui,
- Sont tenus de respecter les conseils de prévention prodigués par leur médecin traitant.

 

 

 
             Accueil  |  Téléchargements    |  Lexique  |  Communiqué de Presse   |  Contact 

© Fast Click 2009 All Right Reserved

Designed by : Fast Click - Guelma